Accès aux tests par région anatomique

small---epaule.pngsmall---coude.pngsmall---poignet.pngsmall---hanche.pngsmall---genou.pngsmall---cheville.pngsmall---sacrum.pngsmall---lombaire.pngsmall---cervical.png

Dernières publications

 


 

Palpation de l'interligne articulaire ("Joint Line Tenderness")

Structures / Pathologies ciblées : Palpation de l'interligne

  • Lésion du ménisque interne
  • Lésion du ménisque externe

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le genou testé est fléchi à 90°, le pied du patient reposant sur la table. Par une pression exercée par ses pouces, le thérapeute palpe l'interligne articulaire fémoro-tibiale à la recherche d'une douleur. Ces zones douloureuses sont recherchées le long de l'interligne, en démarrant de part et d'autre du ligament patellaire.

Il est possible de placer le tibia en rotation médiale pour cibler plus précisément le ménisque interne, ou en rotation latérale pour le ménisque externe.

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Tiroir antérieur (genou)

Structures / Pathologies ciblées : Tiroir anterieur

  • Rupture du Ligament Croisé Antérieur (LCA)

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le genou testé est fléchi à 90°, pied bloqué par la cuisse du thérapeute. Le thérapeute place ses deux mains derrière le tiers proximal du tibia, pouces placés en regard de la tubérosité tibiale antérieure. Il exerce alors un mouvement de traction antérieure.

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test du Ressaut rotatoire ("Pivot shift")

Structures / Pathologies ciblées : Test du ressaut rotatoire

  • Rupture du Ligament Croisé Antérieur (LCA)

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos, genoux tendus. Le thérapeute saisit le membre à tester par la cheville et la cuisse. La main caudale imprime un mouvement de rotation médiale du tibia et de flexion de genou, tandis que la main craniale applique un mouvement de valgus sur le genou. Le thérapeute recherche une sensation de ressaut du compartiment latéral du genou. Cette technique est répétée sur plusieurs mouvements allant de la flexion vers l'extension du genou.

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test de Cozen

Structures / Pathologies ciblées :Test de Cozen

  • Epicondylalgie latérale ("Tennis Elbow")

Procédure :

Le patient est assis. Le thérapeute maintient l'avant bras du patient. Il place le poignet du patient en pronation, inclinaison radiale et flexion, poing fermé. Il applique une résistance sur la face dorsale de la main contre laquelle le patient exerce un mouvement d'extension du poignet.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Signe de Murphy (poignet)

Structures / Pathologies ciblées :signe de murphy

  • Luxation du Lunatum

Procédure :

Le patient est assis, face au thérapeute. Le patient pose son coude sur la table, tient son avant-bras vertical et le poing serré en supination ("poing d'honneur").  Le thérapeute observe la position relative de la tête du 3ème métacarpien par rapport à celles du 2ème et 4ème.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme étant en faveur d'une luxation du Lunatum si :

  • La tête du 3ème métacarpien est au même niveau que la tête du 2ème ou 4ème métacarpien.

 

Test de Neer

Structures / Pathologies ciblées :Test de Neer

  • Conflit sous-acromial

Procédure :

Le patient est debout ou assis. Le thérapeute est positionné derrière le patient, ou du côté du membre à tester. Il fixe d’une main la scapula de l'épaule à tester afin d'isoler le mouvement dans l'articulation gléno-humérale. Son autre main amène le bras du patient en rotation interne et en flexion maximale, coude tendu.

La littérature décrit également des versions de ce test dans lesquelles le patient effectue activement la flexion antérieure de son épaule.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Slump test

Structures / Pathologies ciblées :Slump test

  • Lésions neurales impliquant la dure-mère ou le nerf sciatique.

Procédure :

Le patient est assis, bras croisés dans le dos. Le patient effectue successivement une flexion du rachis dorso-lombaire, suivi d'une flexion cervicale, d'une extension du genou, et d'une flexion dorsale de cheville (en s'arrêtant à l'étape où apparaissent les douleurs). Le thérapeute peut majorer la mise en tension des structures nerveuses en ajoutant une compression manuelle pour augmenter la flexion cervicale et dorsale.

Test de distraction

Structures / Pathologies ciblées :Test de distraction cervicale

  • Radiculopathie cervicale

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le thérapeute se tient debout, et place ses main sur le front et sous l'occiput du patient. Il applique une légère flexion cervicale en décollant la tête du patient du plan de la table, puis applique une force de traction douce et progressive dans l'axe de la colonne cervicale.

Ce test est également décrit en position assise.

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :