Accès aux tests par région anatomique

small---epaule.pngsmall---coude.pngsmall---poignet.pngsmall---hanche.pngsmall---genou.pngsmall---cheville.pngsmall---sacrum.pngsmall---lombaire.pngsmall---cervical.png

Dernières publications

 


 

Test de Yergason

Structures / Pathologies ciblées :Test de Yergason

  • Lésion antérieure du bourrelet glénoïdien ("SLAP lesion")
  • Lésion du tendon du long biceps ou du ligament transverse de l'humerus

Procédure :

Le patient est assis ou debout. Le thérapeute se place à côté du patient et du membre supérieur à tester. Le patient fléchit son coude à 90°, en position de pronation (ou neutre selon les versions) et coude au corps. Le thérapeute palpe d'une main la gouttière bicipitale. Son autre main saisit l'extrémité distale de l'avant bras. Il est demandé au patient d'effectuer une supination contre la résistance du thérapeute.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test de Yocum

Structures / Pathologies ciblées :Test de Yocum

  • Conflit antéro-interne d'épaule
  • Bursite sous-acromiale

Procédure :

Le patient est assis ou debout. Il place la main du membre supérieur testé sur son épaule opposée (saine). Le thérapeute demande au patient de lever son coude sans lever l'épaule testée.

Des variations de ce tests sont retrouvées dans la littérature, dans lesquelles le mouvement d'élévation est effectué contre la résistance du thérapeute.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test de Hawkins-Kennedy

Structures / Pathologies ciblées :Test de Hawkins Kennedy

  • Conflit sous-acromial

Procédure :

Le patient est assis ou debout. Le thérapeute place le membre supérieur à tester à 90° de flexion d'épaule et 90° de flexion de coude. Le thérapeute amène ensuite l'épaule en rotation interne maximale.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test de Phalen inversé

Autres dénominations : Test de provocation en extension de poignetTest de Phallen inversé

Structures / Pathologies ciblées :

  • Syndrome du canal carpien

Procédure :

Le patient est assis ou debout. Le thérapeute lui demande de joindre ses deux mains en position de "prière", en fléchissant les coudes et en les levant de manière à placer les poignets en extension complète mais non forcée. Les épaules du patients doivent être relâchées. Le patient doit maintenir cette position une minute.

Test de Phalen

Structures / Pathologies ciblées :Test de Phallen

  • Syndrome du canal carpien

Procédure :

Le patient est assis ou debout. Le thérapeute lui demande d'adosser les deux mains l'une à l'autre, en fléchissant les coudes et en les abaissant de manière à maintenir les poignets en flexion. Dans cette position, le nerf médian se retrouve comprimé dans le canal carpien. Le patient doit maintenir cette position une minute.

Interprétation :

Le test est considéré comme étant en faveur d'un syndrome du canal carpien si :

Manoeuvre de Valsalva (cervical)

Structures / Pathologies ciblées :test de valsalva

  • Radiculopathie cervicale

Procédure :

Le patient est assis. Le thérapeute lui demande d'inspirer profondément et de retenir sa respiration, puis d'imiter l'effort de défécation afin d'augmenter la pression dans le canal vertébral.

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

  • Le test reproduit la douleur du patient, ou est source de paresthésies aux membres supérieurs.

 

Test d'antéversion fémorale ("Craig's test")

Autres dénominations : Craig's Test, Trochanteric prominence angle test, Ruwe’s Test

Structures / Pathologies ciblées :test de craig

  • Mesure de l'antéversion / rétroversion du col fémoral

Procédure :

Le patient est en décubitus ventral. Le thérapeute est debout, à côté du membre inférieur à tester. Sa main caudale maintient le genou du patient à 90° de flexion, et sa main craniale palpe grand trochanter. Il effectue des rotations médiales et latérales de hanche jusqu'à trouver la position dans laquelle le grand trochanter est le plus proéminent latéralement.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme étant en faveur d'une laxité capsulaire si :

Test de Hopkinson ("Squeeze Test")

Structures / Pathologies ciblées :Test de Hopkinson Squeeze test

  • Lésion de la syndesmose tibio-fibulaire

Procédure :

Le patient est allongé. Le membre inférieur testé est placé à 90° de flexion de genou, pied reposant sur la table. Le thérapeute place ses mains de part et d'autre de l'extrémité proximale de la jambe. Il comprime la fibula et le tibia l'un contre l'autre, en descendant progressivement vers la cheville. Il est demandé au patient de décrire une éventuelle douleur en regard de la syndesmose tibio-fibulaire distale.

Des variations de ce test proposent de placer la cheville du patient en flexion dorsale, pour augmenter la tension en regard de la syndesmose.

 

Signe de Mulder (Morton)

Structures / Pathologies ciblées :Signe de Mulder

  • Présence d'un névrome de Morton (névralgie inter-métatarsienne entre le 3ème et 4ème MT)

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le thérapeute palpe l'espace entre le 3ème et 4ème métatarsien par son index sur la face dorsale, et son pouce sur la face plantaire du pied. Avec son autre main, il comprime l'avant pied par une pression passant par les têtes des 1er et 5ème métatarsiens. Le thérapeute recherche l'apparition d'une douleur, voire d'un "clic", en regard de l'espace inter-métatarsien concerné.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme étant en faveur d'un névrome de Morton si :