Test de provocation du ligament alaire

Autres dénominations : Alar Ligament Stress Testligaments alaires

Structures / Pathologies ciblées :

  • Instabilité cervicale haute par lésion du ligament alaire

Procédure :

Ce test évalue l'intégrité des ligaments alaires en vérifiant la présence du mouvement combiné de C1-C2 qu'ils induisent. Lors d'une inclinaison droite de la tête par exemple, la tension de ces ligament provoque une rotation droite de C2 sur C1.
Le patient est en décubitus dorsal, ou assis. Le thérapeute supporte la tête du patient à l’aide d'une de ses mains, et maintient de son autre main l'axis (C2) par une pince pouce-index en regard de l’épineuse de C2.
  • Test en rotation : Le thérapeute amène passivement la tête du patient en rotation vers le côté opposé du ligament à tester. Un maintien efficace de C2 doit limiter la rotation de l'occiput sur C1 à une vingtaine de degrés dans le cas d'un ligament alaire intact.
  • Test en inclinaison latérale : Le thérapeute amène passivement la tête du patient en inclinaison cervicale haute vers le côté opposé du ligament à tester, en exerçant une légère compression dans l'axe de la colonne afin de mieux isoler le mouvement dans les premières vertèbres. Un maintien efficace de C2 ne doit permettre aucune inclinaison en cas de ligament intact.
Le test doit être réalisé en position sagittale neutre, en flexion ainsi qu'en extension haute pour qu'il soit considéré comme positif. 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :
  • Le thérapeute observe une mobilité excessive en rotation ou en inclinaison malgré le maintien de C2, avec éventuellement un arrêt "mou" en fin d'amplitude. 
  • Le test reproduit les douleurs du patient.


 

Validité :

Sensibilité / Spécificité
Auteurs Sensibilité Spécificité
Kaale et al.1 69-72% 96-100%

 

Tests associés :

Références:

  1. Kaale, Bertel Rune, et al. "Clinical assessment techniques for detecting ligament and membrane injuries in the upper cervical spine region—a comparison with MRI results." Manual therapy 13.5 (2008): 397-403.
Vidéo associée