Accès aux tests par région anatomique

small---epaule.pngsmall---coude.pngsmall---poignet.pngsmall---hanche.pngsmall---genou.pngsmall---cheville.pngsmall---sacrum.pngsmall---lombaire.pngsmall---cervical.png

Dernières publications

 


 

Signe de Homans

Structures / Pathologies ciblées :Signe de Homan

  • Thrombose veineuse profonde surale (phlébite)

Procédure :

Le patient est allongé, genou fléchi à 90°. Le thérapeute maintient le membre inférieur par le creux poplité, et amène la cheville du patient en flexion dorsale maximale, afin de mettre en tension le muscle soléaire et de comprimer les veines profondes sous l'arcade du soléaire.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme étant en faveur d'une thrombose si :

  • Le patient décrit des douleurs profondes en regard du mollet ou du creux poplité, différentes d'un simple étirement ou de la sensation ressentie sur le membre inférieur controlatéral.

 

Test de Dorsiflexion et d'Eversion

Autres dénominations : Tarsal Tunnel Syndrome Test, Dorsiflexion-Eversion Test

Structures / Pathologies ciblées :Test de dorsiflexion et d'eversion

  • Compression du nerf tibial (Syndrome du tunnel tarsien)

Procédure :

Ce test est proche du Signe de Tinel, la percussion étant remplacée par une composante de flexion dorsale/éversion de cheville, ainsi qu'une extension des orteils, afin de mettre en tension le nerf tibial.

Signe de Tinel (cheville)

Autres dénominations : Tarsal Tunnel Syndrome Test, Distal Tingling on Percussion (DTP) Sign

Structures / Pathologies ciblées :tinel cheville

  • Atteinte du nerf tibial
  • Atteinte du nerf fibulaire profond

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos.

Evaluation de la compression du nerf tibial (Syndrome du tunnel tarsien) : Le thérapeute amène passivement d'une main la cheville du patient en position neutre. A l'aide de l'index de son autre main, il applique des percussions en regard du trajet du nerf tibial, dans la zone inférieure et postérieure à la malléole tibiale. Il est demandé au patient de décrire des éventuelles paresthésies sur le trajet du nerf.

Test de Noble

Structures / Pathologies ciblées : Test de Noble

  • Syndrome de la bandelette ilio-tibiale ("syndrome de l'essui-glace")

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le membre inférieur testé est placé à 90° de flexion de hanche et 90° de flexion de genou. Le thérapeute applique son pouce en regard de la partie distale du tractus ilio-tibial, à proximité du condyle fémoral latéral. Le patient effectue alors une extension active de son genou. Le thérapeute évalue la présence d'une douleur ou d'une subluxation du tractus en regard de son pouce.

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test d'Apley (distraction et compression)

Autres dénominations : Grinding Test

Structures / Pathologies ciblées : Test d'Apley

  • Lésion du ménisque interne et externe (par compression)
  • Lésion des ligaments collatéraux ou de la capsule articulaire (par distraction)

Procédure :

Le patient est allongé sur le ventre. Le thérapeute place le membre inférieur évalué à 90° de flexion de genou, en maintenant la cuisse du patient à l'aide de son genou.

Le thérapeute effectue une traction du tibia par rapport au fémur (manoeuvre en distraction), et applique des mouvements de rotation médiale et latérale du tibia. Il apprécie l'apparition d'une éventuelle douleur, d'une restriction ou d'un excès de rotation.

Test de Thessaly

Structures / Pathologies ciblées : Test de Thessalie

  • Lésion du ménisque interne
  • Lésion du ménisque externe

Procédure :

Le patient se tient debout, en appui unipodal sur le membre inférieur testé. Son genou est fléchi à 20°. Le thérapeute tient les mains du patient pour que celui-ci conserve son équilibre. Le patient imprime une rotation médiale et latérale du fémur sur le tibia, 3 fois de chaque côté, en accompagnant le mouvement par son tronc.

Le test est habituellement effectué en premier lieu sur le membre sain, pour s'assurer de la bonne compréhension du mouvement par le patient.

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test de Muller ("Quadriceps Active Test")

Structures / Pathologies ciblées : Test de Muller

  • Rupture du Ligament Croisé Postérieur (LCP)

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le genou testé est fléchi à 90°, pied bloqué par la cuisse du thérapeute. Le thérapeute peut observer dans cette position le recul du plateau tibial sous le fémur. On demande alors au patient une contraction statique du quadriceps, entraînant une translation antérieure du plateau tibial.

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Tiroir postérieur (genou)

Structures / Pathologies ciblées : Tiroir post

  • Rupture du Ligament Croisé Postérieur (LCP)

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le genou testé est fléchi à 90°, pied bloqué par la cuisse du thérapeute. Le thérapeute place ses deux mains en regard du tiers proximal du tibia, pouces placés en regard de l'interligne articulaire. Il exerce alors un mouvement de poussée pour apprécier le déplacement postérieur du plateau tibial sous le fémur.

Il convient de vérifier que le plateau tibial n'est pas déjà postériorisé dans la position de départ du test, pour éviter une fausse impression de "tiroir antérieur".

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test de Godfrey ("Posterior Sag Sign")

Structures / Pathologies ciblées : Posterior sag sign

  • Rupture du Ligament Croisé Postérieur (LCP)

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le thérapeute place les deux membres inférieurs à 90° de flexion de hanche, et 90° de flexion de genou. Il maintient les talons du patient, et observe une éventuelle dépression à la partie proximale du tibia, correspondant à un tiroir postérieur du tibia par rapport au fémur.

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :