Accès aux tests par région anatomique

small---epaule.pngsmall---coude.pngsmall---poignet.pngsmall---hanche.pngsmall---genou.pngsmall---cheville.pngsmall---sacrum.pngsmall---lombaire.pngsmall---cervical.png

Dernières publications

 


 

Une consultation avec un kiné et une infirmière au lieu du chirurgien ?

Clinique physio

Les délais d'attente pour obtenir un avis chirurgical peuvent parfois être longs, et la chirurgie n'est pas forcément adaptée à l'état du patient.

Une clinique néo-zélandaise propose un premier triage des patients souffrant d'arthrose de hanche ou de genou, pour faire face aux 40% de patients pour lesquels une intervention n'était pas recommandée.
Un kinésithérapeute et une infirmière sont intervenus dans l'évaluation et l'éducation des patients, ainsi que dans la mise en place et le suivi des traitements non-chirurgicaux.

Thérapie manuelle et céphalées de tension

Céphalées de tension

Que vaut la thérapie manuelle dans le traitement des céphalées de tension ?
Cumplido-Trasmonte nous livre une revue de littérature évaluant les mobilisations et manipulations articulaires, craniales, tissulaires ainsi que les techniques neurodynamiques dans le traitement de ces céphalées.
Comme souvent, pas de technique miraculo-universelle supérieure à une autre.
L'étude conclue sur une diminution significative de l'intensité et de la fréquence des douleurs, mais c'est la diversité des techniques et le cas par cas qui priment.

A noter tout de même une qualité méthodologique modérée et une hétérogénéité des études incluses.

Signe de Froment

Structures / Pathologies ciblées : Signe de Froment

  • Atteinte du nerf ulnaire

Procédure :

Le patient est assis ou debout. Le thérapeute demande au patient de fermer les poings et de maintenir une feuille de papier serrée entre la première phalange du pouce et la tête du deuxième métacarpien (contraction du muscle adducteur du pouce). Le thérapeute tire sur la feuille et observe la capacité du patient à la retenir, avec ou sans compensation par un autre groupe musculaire.

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Syndromes fémoro-patellaires et renforcement des rotateurs latéraux de hanche

genou

L'époque du monopole du renforcement du vaste interne est loin derrière nous. La littérature déborde d'études évaluant l'intérêt de renforcer les fessiers dans la prise en charge du patient. Nascimento et al. proposent une énième méta-analyse sur le sujet, histoire d'enfoncer le clou.

A noter que l'amélioration de la douleur et de la fonction retrouvée dans l'étude ne s'explique pas par une amélioration de la force musculaire, mais plutôt par une meilleure endurance, un meilleur contrôle moteur et une possible amélioration des amplitudes de cheville suite à un protocole de renforcement orienté vers la chaine fermée.

 

Test d'extension lombaire passive

Autres dénominations : Passive Lumbar Extension Test (PLET)Test d'extension lombaire passive

Structures / Pathologies ciblées :

  • Mise en évidence d'une instabilité dans le cadre d'une lombalgie

Procédure :

Le patient est allongé sur le ventre. Le thérapeute se tient debout aux pieds du patient, saisit ses chevilles et amène passivement les membre inférieurs en extension de hanche (30 cm au dessus du plan de la table), en maintenant les genoux tendus par une légère traction.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

  • Le patient ressent une douleur lombaire prononcée, une sensation de lourdeur ou d'instabilité.

 

Signe de la corde de l'arc ("Bowstring Test")

Autre dénominations : Bowstring Test, Signe du nerf tibial postérieursigne de la corde de l'arc

Structures / Pathologies ciblées :

  • Radiculopathie lombaire (nerf sciatique)

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le thérapeute amène passivement et progressivement le membre inférieur à tester en flexion de hanche, genou tendu. Une fois l'amplitude douloureuse atteinte, le thérapeute laisse le genou se fléchir légèrement de manière à atténuer la douleur. Il applique alors une pression à l'aide de ses pouces en regard de la partie haute du creux poplité, pour comprimer le nerf sciatique.

Le test est répété au côté controlatéral.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test de Léri ("Prone Knee Bend Test")

Autres dénominations : PKBT, Test de tension du nerf fémoral, Test de Lasègue inversétest de tension du nerf femoral

Structures / Pathologies ciblées :

  • Mise en tension neuroméningée (nerf fémoral)

Procédure :

Le patient est allongé sur le ventre. Le thérapeute maintient le bassin par une main exerçant une force antéro-inférieure en regard du sacrum, pour limiter l'antéversion. Il amène passivement le membre inférieur à tester à 90° de flexion de genou, ainsi qu'en extension de hanche en décollant la cuisse du patient de la table d'examen.