Accès aux tests par région anatomique

small---epaule.pngsmall---coude.pngsmall---poignet.pngsmall---hanche.pngsmall---genou.pngsmall---cheville.pngsmall---sacrum.pngsmall---lombaire.pngsmall---cervical.png

Dernières publications

 


 

Test de Gaenslen

Structures / Pathologies ciblées :test de gaenslen

  • Dysfonction Sacro-Iliaque ou Ilio-Sacrée

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Il saisit son genou controlatéral au côté à tester, et l'amène vers son tronc, en flexion de hanche maximale. Le thérapeute place le membre inférieur à tester en dehors de la table, pour l'amener en extension maximale de hanche. Il applique ensuite une force dirigée vers le sol sur la face antérieure de la cuisse pour augmenter l'extension de hanche, tout en majorant la flexion de hanche sur le côté controlatéral.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

  • Le test reproduit la douleur du patient en regard de l'articulation sacro-iliaque.

 

Test de cisaillement postérieur

Autres dénominations : Posterior Shear (POSH) Test, Thigh Trust Testtest de cisaillement posterieur

Structures / Pathologies ciblées :

  • Dysfonction Sacro-Iliaque ou Ilio-Sacrée

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le thérapeute place le membre inférieur à tester à 90° de flexion de hanche, genou fléchi. Il amène la hanche en adduction horizontale jusqu'à ce que le genou se retrouve en regard de la ligne médiane du patient. Le thérapeute place une main en contre-appui entre le sacrum et la table, puis applique une force dirigée vers le sol dans l'axe du fémur à l'aide de son autre main.

 

Interprétation :

 

Le test est considéré comme positif si :

Test de FABER

Autres dénominations : Test de Patrick, Figure 4 testTest de FABER

Structures / Pathologies ciblées :

  • Dysfonction Sacro-Iliaque ou Ilio-Sacrée
  • Atteinte articulaire de la coxo-fémorale

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le thérapeute place la cheville du membre inférieur à tester juste au dessus du genou opposé, de manière à placer la hanche en Flexion, ABduction et Rotation Externe ( "FABER"). Le thérapeute maintient l'épine iliaque antéro-supérieure controlatérale d'une main. A l'aide de son autre main, il applique une pression sur le genou dirigée vers le sol pour augmenter l'amplitude de rotation externe de hanche.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Palpation de l'interligne Sacro-Iliaque

Autres dénominations : Sacral Sulcus Tendernesspalpation de l'interligne

Structures / Pathologies ciblées :

  • Dysfonction Sacro-Iliaque
  • Dysfonction Ilio-Sacrée

Procédure :

Le patient est assis ou allongé sur le ventre. Le thérapeute place ses pouces en regard de l'interligne articulaire sacro-iliaque, en dessous et en dedans des épines iliaques postéro-supérieures. Il applique des pressions bilatérales à la recherche d'une douleur ressentie par le patient.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

  • Le test reproduit la douleur du patient en regard de l'articulation sacro-iliaque.

 

Test d'adduction forcée ("Cross-Body Adduction Test")

Autres dénominations : Cross-arm adduction test, Cross-chest test, Horizontal adduction test, Scarf test.Test d'adducation forcée

Structures / Pathologies ciblées :

  • Atteinte de l'articulation acromio-claviculaire
  • Lésion de la coiffe des rotateurs

Procédure :

Le patient est assis ou debout. Le thérapeute se tient derrière lui, du côté de l'épaule à tester. Il saisit le membre supérieur par le coude, l'amène à 90° de flexion d'épaule, puis en adduction horizontale maximal (en amenant le coude vers l'épaule opposée).

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test de recentrage ("Jobe's relocation test")

Structures / Pathologies ciblées :Test de recentrage de Jobe

  • Implication d'une instabilité gléno-humérale antérieure dans un conflit d'épaule

Procédure :

Le patient est assis ou allongé sur le dos. Le thérapeute amène d'une main le bras du patient à 90° d'abduction et en rotation latérale maximale, coude fléchi. Le patient se retrouve ainsi dans la position du test d'appréhension antérieure. Dans le cas où celui-ci produit une douleur, le thérapeute place son autre main sur la partie antérieure de la tête humérale et applique une force dirigée vers l'arrière.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme étant positif si :

Test d'appréhension postérieure

Structures / Pathologies ciblées :Test d'apprehension posterieure

  • Instabilité gléno-humérale postérieure

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Le thérapeute soutient d'une main la scapula du membre supérieur à tester, sans maintenir la tête humérale. Son autre main amène le membre supérieur à tester à 90° de flexion d'épaule, coude fléchi. Le thérapeute applique sur le coude une force dirigée vers le bas, dans l'axe de l'humérus, tout en amenant l'épaule en adduction horizontale et rotation interne maximale.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

  • Le patient exprime une appréhension au mouvement (sensation de risque de luxation).

 

Test d'appréhension antérieure

Autres dénominations : Signe de l'armé du brasTest d'appréhension antérieure

Structures / Pathologies ciblées :

  • Instabilité gléno-humérale antérieure

Procédure :

Le patient est assis ou allongé sur le dos. Le thérapeute amène d'une main le bras du patient à 90° d'abduction et en rotation latérale maximale, coude fléchi. Son autre main pousse la tête de l’humérus vers l’avant. Le thérapeute observe la réaction du patient.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Full Can Test

Structures / Pathologies ciblées :Full Can Test

  • Lésion du supra-épineux

Procédure :

Le patient est debout ou assis. Le membre supérieur testé est tenu par le patient à 90° d'abduction dans la plan de la scapula, en rotation latérale (pouce pointé vers le haut), coude tendu. Le thérapeute place une force dirigée vers le bas sur l'extrémité distale du bras. Le patient doit résister à cette force. Un comparatif avec le côté sain est effecuté.

Des versions de ce test sont également décrites en testant les deux membres supérieurs en même temps.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Test de Crank

Structures / Pathologies ciblées :Test de Crank

  • Lésion du bourrelet glénoïdien

Procédure :

Le patient est debout ou assis. Le thérapeute amène le bras du patient à 160° d'abduction dans le plan de la scapula. Il applique une force de compression dans l'axe de l'humérus tout en effectuant des rotations médiales et latérales via la coude fléchi du patient.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :