Accès aux tests par région anatomique

small---epaule.pngsmall---coude.pngsmall---poignet.pngsmall---hanche.pngsmall---genou.pngsmall---cheville.pngsmall---sacrum.pngsmall---lombaire.pngsmall---cervical.png

Dernières publications

 


 

Quelle rééducation préopératoire pour les lésions cartilagineuses du genou ?

lésions cartilagineuses du genouLes lésions focales du cartilage peuvent être traitées chirurgicalement via des auto ou allo greffes ostéochondrales, des micro-fractures par arthroscopie ou encore via des injections de chondrocytes.
Une rééducation postopératoire peut être proposée, mais l’intérêt une rééducation préopératoire n’a pas fait l’objet de recommandations.
Hirschmüller et al.

Manoeuvre d'Adson

Structures / Pathologies ciblées :

  • Syndrome du défilé thoraco-brachial (Thoracic Outlet Syndrome)

Procédure :test d'adson

Le patient est assis ou en décubitus dorsal. Le thérapeute amène le membre supérieur à tester en rotation latérale, extension et abduction d'épaule, coude tendu.

Test de percussion vertébrale

Structures / Pathologies ciblées :test de percussion cervicale

  • Fracture vertébrale

Procédure :

Le patient est assis ou debout. Le thérapeute effectue des percussions en regard des processus épineux de chaque vertèbre, à l’aide d’un marteau réflexe, de ses 2ème et 3ème doigts, ou encore à l’aide de son poing (en interposant son autre main).

Interprétation :

Le test est considéré comme étant en faveur d’une fracture vertébrale si :

  • Le patient décrit une douleur aigüe et localisée en regard de l’épineuse testée.

Ce test pourra également être positif en cas d’atteinte ligamentaire. En cas de radiculopathie, le test de percussion peut déclencher des douleurs irradiantes.

 

Test de Gillet

Autres dénominations : Test de la cigogne, Test de Rucklauf, Standing Hip and Knee flexion testtest de gillet

Structures / Pathologies ciblées :

  • Evaluation de la mobilité de l'aile iliaque par rapport au sacrum
  • Dysfonction Sacro-Iliaque ou Ilio-Sacrée

Procédure :

Le patient est debout. Le thérapeute place un pouce sous l'épine iliaque postéro-supérieure (EIPS) du côté testé, et son autre pouce en regard du processus épineux de S2. Il est demandé au patient de lever le membre inférieur testé au delà de 90° de flexion de hanche, genou fléchi. Le thérapeute observe le mouvement de rotation postérieure de l'iliaque via l'abaissement de son pouce.

Ce test est répété au côté controlatéral.

 

Comment améliorer la prise en charge de l'arthrose des membres inférieurs ?

arthrose et membres inférieursVieillissement de la population, société sédentarisée... d'ici 2040, on estime que 25% de la population adulte aux US souffrira d'arthrose (sous entendu symptomatique). La littérature scientifique sur le sujet ne manque pas, et pourtant il semble persister un fossé entre elle et les moyens réellement mis en œuvre sur le terrain.
Leech nous propose une revue narrative pour faire le point sur les éléments clé à mettre en œuvre selon les recommandations existantes.

En bref :

Swing test

Structures / Pathologies ciblées :Swing test

  • Subluxation tibio-talienne postérieure

Procédure :

Le patient est assis au bord de la table d'examen, sans que ses pieds touchent le sol. Le thérapeute maintient la voûte plantaire d'une main, et empaume le calcanéus de l'autre main. Il place ses pouces en regard de la portion antérieure du talus, puis amène passivement la cheville dans des mouvements de flexion plantaire et de flexion dorsale. L'amplitude et la qualité du mouvement, en particulier en fin de flexion dorsale, est évaluée et comparée avec le côté sain.

Interprétation :

Le test est considéré comme étant en faveur d'une subluxation postérieure du talus si :

Le muscle chondro-épitrochléen

Connaissez-vous le muscle chondro-épitrochléen ?

muscle chondroépitrochléenIl s’agit d’une variation anatomique rare du grand pectoral, s’insérant le long des côtes (selon les cas de la 4ème à la 7ème), traversant le creux axillaire et se terminant sur l’epicondyle médial de l’humérus. Il n’a pas d’utilité particulière (chez l’homme en tout cas), mais peut impliquer une gêne esthétique, une limitation de l’abduction d’épaule voire une source de compression du nerf ulnaire.

Les cas les plus prononcés sont repérés à la naissance et la résection du muscle permet d’éviter ces désagréments.

Test de Kleiger (Test de provocation en rotation latérale)

Structures / Pathologies ciblées :Test de Kleiger

  • Lésion du Ligament Collatéral Médial (LCM) de la cheville
  • Lésion de la syndesmose tibio-fibulaire (Ligament Tibio-Fibulaire antérieur et postérieur, Membrane interosseuse)

Procédure :

Le patient est assis au bord de la table d'examen, sans que ses pieds touchent le sol. Le thérapeute maintient d'une main le tibia en rotation neutre, sans pour autant comprimer la pince tibio-fibulaire. L'autre main du thérapeute saisit l'avant-pied, place la cheville à 90° de flexion dorsale, et applique un mouvement de rotation latérale (ou abduction) de la cheville par rapport au tibia.

Test de provocation en Varus ("Inversion Talar Tilt Test")

Autres dénominations : Test du Varus forcéTalar tilt test

Structures / Pathologies ciblées :

  • Lésion du Ligament Collatéral Latéral (LCL) de la cheville

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos, les pieds en dehors de la table d'examen. Le thérapeute maintient d'une main le tiers distal de la jambe en position neutre. Son autre main empaume le calcaneum, et amène passivement la cheville dans un mouvement d'inversion.

Des variations de ce test proposent de cibler plus précisément les faisceaux du LCL en fonction du degré de flexion de cheville. Ainsi, en effectuant l'inversion en flexion plantaire, en position neutre ou en flexion dorsale, on ciblera respectivement le faisceau antérieur, moyen ou postérieur.