Accès aux tests par région anatomique

small---epaule.pngsmall---coude.pngsmall---poignet.pngsmall---hanche.pngsmall---genou.pngsmall---cheville.pngsmall---sacrum.pngsmall---lombaire.pngsmall---cervical.png

Dernières publications

 


 

Le muscle chondro-épitrochléen

Connaissez-vous le muscle chondro-épitrochléen ?

muscle chondroépitrochléenIl s’agit d’une variation anatomique rare du grand pectoral, s’insérant le long des côtes (selon les cas de la 4ème à la 7ème), traversant le creux axillaire et se terminant sur l’epicondyle médial de l’humérus. Il n’a pas d’utilité particulière (chez l’homme en tout cas), mais peut impliquer une gêne esthétique, une limitation de l’abduction d’épaule voire une source de compression du nerf ulnaire.

Les cas les plus prononcés sont repérés à la naissance et la résection du muscle permet d’éviter ces désagréments.

Test de Kleiger (Test de provocation en rotation latérale)

Structures / Pathologies ciblées :Test de Kleiger

  • Lésion du Ligament Collatéral Médial (LCM) de la cheville
  • Lésion de la syndesmose tibio-fibulaire (Ligament Tibio-Fibulaire antérieur et postérieur, Membrane interosseuse)

Procédure :

Le patient est assis au bord de la table d'examen, sans que ses pieds touchent le sol. Le thérapeute maintient d'une main le tibia en rotation neutre, sans pour autant comprimer la pince tibio-fibulaire. L'autre main du thérapeute saisit l'avant-pied, place la cheville à 90° de flexion dorsale, et applique un mouvement de rotation latérale (ou abduction) de la cheville par rapport au tibia.

Test de provocation en Varus ("Inversion Talar Tilt Test")

Autres dénominations : Test du Varus forcéTalar tilt test

Structures / Pathologies ciblées :

  • Lésion du Ligament Collatéral Latéral (LCL) de la cheville

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos, les pieds en dehors de la table d'examen. Le thérapeute maintient d'une main le tiers distal de la jambe en position neutre. Son autre main empaume le calcaneum, et amène passivement la cheville dans un mouvement d'inversion.

Des variations de ce test proposent de cibler plus précisément les faisceaux du LCL en fonction du degré de flexion de cheville. Ainsi, en effectuant l'inversion en flexion plantaire, en position neutre ou en flexion dorsale, on ciblera respectivement le faisceau antérieur, moyen ou postérieur.

Guérir d'un coup du lapin (whiplash) - Auto-rééducation

 

whiplash recoveryCe livret à destination des patients ayant subi un coup du lapin a été développée par l'Université de Queensland. Ces auteurs, G. Jull et M. Sterling, sont connus pour leur expertise et leurs publications sur le sujet.

Une équipe de kinésithérapeutes belges (Stephen Bornheim, Christophe Demoulin, Albin Guillaud , Jacky Otero, Ghyslaine Taret-Bieler et Romane Taret) nous propose sa traduction française. Merci à eux pour leur travail !

A télécharger de toute urgence ici

Test de Mill

Structures / Pathologies ciblées :Test de Mill

  • Epicondylalgie latérale

Procédure :

Le patient est assis ou debout. Le thérapeute palpe l'épicondyle latéral du patient tout en amenant passivement son avant bras en pronation, flexion de poignet et extension de coude, pour mettre en tension le long et court extenseur radial du carpe.

 

Interprétation :

Le test est considéré comme positif si :

Tiroir antérieur (cheville)

Structures / Pathologies ciblées :Tiroir anterieur cheville

  • Lésion du Ligament Talo-Fibulaire Antérieur (LTFA) (faisceau antérieur du Ligament Collatéral Latéral de cheville)

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos, ou assis en bord de table. Le thérapeute maintient d'une main la pince tibio-fibulaire. Son autre main empaume le calcaneum, place la cheville à 20° de flexion plantaire, et effectue un mouvement de traction antérieure de l'arrière-pied par rapport au tibia. Cette translation antérieure du talus est comparée au côté sain.

Freins à la réhabilitation respiratoire

 

bpco

Quels obstacles à l’adhésion du patient BPCO à la réhabilitation respiratoire ?

(cliquez pour voir en plein écran)
L’étude de Sahin expose les principales causes d’abandon des 126 patients suivis au sein d’un hôpital turque. L’absence de motivation des patients est un élément majeur.

Un effort particulier doit être porté sur la communication et sur l’éducation du patient ainsi que des autres professionnels de santé pour encourager le suivi complet des programmes de réhabilitation respiratoire.