Test de Soto-Hall

Structures / Pathologies ciblées :test de soto-hall

  • Fracture ou entorse cervicale

Procédure :

Le patient est allongé sur le dos. Il décolle activement la tête de la table d’examen et amène son menton vers son sternum. Le thérapeute accompagne ensuite d’une main passivement la tête du patient en fin d’amplitude, tout en maintenant le sternum par son autre main afin d’isoler le mouvement dans la colonne cervicale.1 La progression lente de la mise en flexion cervicale permet de mettre en tension progressivement chaque processus épineux, du proximal au distal.

Interprétation :

Le test est considéré comme étant en faveur d’une lésion cervicale d’origine osseuse ou ligamentaire si :
  • Le patient exprime une douleur aigüe en regard de la colonne cervicale. Plus la douleur apparait en début de mouvement, plus la localisation de la lésion est supposée proximale.
Bien que décrit originalement dans le cadre des fractures et entorses cervicales, le test de Soto-Hall peut être positif en cas de simple dérangement intervertébral mineur. Ce test peut également provoquer des douleurs irradiantes aux membres supérieurs en cas de radiculopathie (d’origine discale ou autres), ainsi que des tensions en regard des tissus mous environnants dans le cas de tensions/lésions musculaires.
Le test de Soto-Hall ne doit pas être confondu avec le signe de Lhermitte, qui recherche la présence de symptômes neuro-périphériques.

 

Validité :

Sensibilité / Spécificité
Auteurs Sensibilité Spécificité
Non disponible - -

Bien que fréquemment cité, aucun article de référence n’a été retrouvé permettant de déterminer la valeur diagnostique de ce test.

Tests associés :

Références:

  1. Cipriano JJ. Photographic Manual of Regional Orthopaedic and Neurological Tests, 2nd Ed. Baltimore, MD: Williams and Wilkins; 1991.
    .
Vidéo associée